Actus MICE RSS - Actus MICE

Futurama

Laurence Rousseau
Laurence Rousseau

Peut-être n’avez-vous pas encore tranché cette épineuse question, mais vous vous voyez plutôt Renaisciences, Gypster (et non pas Hipster, so 2012 désormais) ou bien Hipstoric? Si vous n’en savez rien car vous vous sentez désarmé face à une mode qui, elle aussi, va trop vite, sachez que les tendanceurs sont là pour vous accompagner sur le chemin du swag. Des agences telles que Nelly Rodi ou Promostyl, chez qui des chasseurs de tendances sont payés à l’année pour parcourir la planète du goût, vous y aideront.

Leur mission : décrypter la complexité du monde et les signaux faibles qui construiront notre futur. Un vaste et passionnant programme s’il en est, dont découlent des carnets de tendances dont se délectent les marques et, avouons-le, la presse. En octobre, l’agence Rouge/Le Public Système nous a présenté son 3e carnet de tendances dédié à l’entertainment. Un rapport à faire syncoper un Éric Zemmour. On y apprend, entre autres, qu’en matière de divertissement, la mode est au transgenre et que les hommes sont des femmes comme les autres (si, si…). Qu’on craque pour la télépathie et l’hypnose, le voyeurisme version repentance sur la place (écran) publique et que l’on signifie son esprit rebelle par les tatouages.

Des tendances qui rappellent la fin du XIXe siècle où le public se passionnait pour les illusionnistes et les monstres de foire. Une époque où la seconde révolution industrielle battait son plein, semant autant l’espoir d’un monde meilleur que la crainte de lendemains incertains. Rien de nouveau donc sous le soleil aujourd’hui, si ce n’est que la révolution s’appelle Internet et qu’elle nous ouvre un nouveau champ des possibles. En matière d’événementiel, rien n’est moins certain que la vogue des tatoos ou du transgenre trouve un terrain fertile, mais plus vraisemblablement l’apprentissage du bonheur (vous reprendrez bien un peu de Happy ?), le brouillage des ondes sociales et le tourisme spatial, quelques-unes des autres tendances dégagées par l’étude de Rouge/Promostyl.

Personnellement, je vote pour la tendance « on marche en apesanteur», alors qui sait bientôt un édito écrit depuis un appareil Virgin Galactic ?

Excellente lecture,

Laurence Rousseau,
Directrice de la rédaction