Actus MICE RSS - Actus MICE

Jean-François Martins : « Nous allons créer un Comité de la destination Paris »

Convergence. C’est le mot qui semble définir le plan d’action de Jean-François Martins, désormais en charge du tourisme aux côtés de la nouvelle Maire de Paris, Anne Hidalgo. Convergence puisque le sport lui a également été attribué, afin notamment de faciliter le pilotage des grands événements, mais aussi parce que la nouvelle équipe ambitionne de fédérer davantage les différents acteurs – opérateurs privés et institutionnels – autour de la politique touristique de Paris. Alors que la feuille de route pour le tourisme vient d’être rendue publique, Jean-François Martins s’est entretenu avec Meet>In du plan d’action de la ville pour le MICE et les congrès.
Meet>In : Paris vient de regagner la première place au classement de l’ICCA. De nombreux axes d’amélioration subsistent malgré tout pour les congrès et le MICE. Quelles sont vos priorités ?
 
Jean-François Martins : Nous allons déjà devoir gérer une contrainte particulière puisque nous sommes partis pour dix ans de rénovation de la Porte de Versailles, une rénovation fondamentale qui va nous doter je pense, du plus beau, du plus fonctionnel et du plus attractif parc des expositions au monde. C’est pour moi une priorité d’apporter une attention particulière à chaque congrès, chaque salon pour s’assurer que l’on trouve des solutions pour que la qualité de ces événements ne se trouve pas dégradée. Nous avons un bel objectif, nous allons avoir un outil hyper performant, mais si nous perdons du terrain à cause de ces travaux tout le travail sera à refaire. (…) Le deuxième élément sur les congrès, c’est la capacité hôtelière (la feuille de route prévoit la construction de 12 000 chambres sur la métropole à l’horizon 2020, ndlr). Il faut aussi qu’on ait entre tous les lieux de congrès et de salon à Paris une cohérence et une identité. (..) Enfin, notre mission sera d’aider à la convergence avec les autres opérateurs publics. Les organisateurs de salons et de congrès m’ont par exemple alerté sur des difficultés avec la RATP. Envisager que la partie métro soit incluse dans un pack congrès fait partie des discussions que je dois avoir avec Pierre Mongin, le PDG de la RATP.
 
Meet>In : Un moyen de renforcer la qualité de l’accueil, par ailleurs régulièrement pointé du doigt du fait, notamment, du comportement de certains Parisiens et professionnels du tourisme. Quels leviers d’action possédez-vous ?
 
J-F M. : D’abord, c’est moins vrai que ce que l’on peut entendre ou lire. On se fait un fantasme de ça, nous, Parisiens. Les enquêtes de satisfaction sont généralement très bonnes, même si on peut toujours s’améliorer. (…) En revanche il faut, parce que l’on veut que Paris soit un modèle en matière d’accueil, que ce soit une volonté partagée par tous. On a peut-être souffert, dans la dernière décennie, de la multiplication des dispositifs et des chartes. Il y en a eu de la part de l’Etat, de la Ville, de l’OT, du CRT, des syndicats… Je pense que pour tous les grands sujets touristiques, dans les dix années à venir, il va falloir faire converger un certain nombre de dispositifs, en matière d’environnement, de qualité d’accueil et de promotion… Il va falloir arrêter d’être chacun dans son coin, acteurs institutionnels et opérateurs privés. L’enjeu pour la ville, c’est la convergence, faire en sorte que nous allions tous dans le même sens. Nous allons créer dans les prochaines semaines un Comité de la destination Paris, un véritable organe de dialogue et de copilotage de la politique touristique de Paris entre la ville et les opérateurs privés. (…) A moyen terme, la Ville se dotera également, pour la première fois, d’un schéma de développement touristique.
 
Meet>In : Quelles sont vos ambitions concernant les grands événements ?
 
J-F M. : Le but est d’en faire des outils de rayonnement de Paris et des laboratoires d’expérimentation. Nous avons la chance d’avoir l’Euro 2016, le Mondial de Handball, les Gay Games, la Rider Cup en l’espace de quelques années. Nous aurons beaucoup de monde, et donc la capacité d’essayer de nouveaux dispositifs, pour mieux accueillir, améliorer la convergence des différents acteurs touristiques, mieux quantifier les retombées... (...) Essayons des choses, si elles fonctionnent, alors on les pérennisera.
 
Et les transports ? Concernant l’amélioration des accès aux aéroports, très attendue notamment des professionnels du tourisme d’affaires, Jean-François Martins se dit prêt à étudier la possibilité d’une programmation anticipée de la livraison du CDG Express, qui figure sur feuille de route du Grand Paris. D’ici là, le projet d’une voie express sur l’A1 dédiée aux taxis, aux bus et au covoiturage, qui pourraient ainsi rejoindre plus rapidement l’aéroport de Roissy, est de nouveau à l’étude.
 
Voir la feuille de route pour le tourisme de la Ville de Paris ici.
 

Rédaction Meet>In